Hier, nos deux filles n’ont pas fait leur rentrée comme la plupart des autres enfants. Nous faisons désormais l’école à la maison. Voici une petite liste non exhaustive des raisons qui nous ont poussé à faire ce choix.

(Tout au long de cet article, je parle au « je » parce qu’écrire au « nous » est un peu lourdingue, mais mon mari est sur la même longueur d’onde que moi sur toutes ces raisons.)

J’ai envie que mes enfants puissent apprendre en jouant.

Jouer est une des activités les moins valorisées et les plus sous-estimées dans notre société (combien de fois j’ai entendu « Arrête de jouer et travaille un peu, bon sang !! ») alors que c’est pourtant la manière d’apprendre la plus efficace et la plus agréable qui soit !

« Imaginez que vous soyez omnipotents et que deviez faire en sorte que les petits humains et les autres jeunes mammifères acquièrent les compétences nécessaires pour vivre leurs vies futures. Il est difficile d’imaginer une solution plus efficace que celle d’installer un mécanisme dans leur cerveau qui leur donne envie de s’entrainer à ces compétences, et qui récompense cet entrainement avec de la joie. (…) Peut-être que le jeu serait plus respecté si on l’appelait quelque chose comme ‘entrainement auto-motivé aux compétences de la vie’, » dit Peter Gray, dans Libre pour apprendre.

De même que les lionceaux et les chatons s’entraînent à chasser en jouant à chasser, les enfants s’entrainent à devenir des humains bien adaptés à leur culture en jouant aux compétences nécessaires pour cette adaptation. Et ce n’est pas juste une théorie, de nombreuses études démontrent l’importance du jeu. (Je te conseille d’ailleurs la lecture du livre de Peter Gray que je cite plus haut. Il est bourré de références et absolument passionnant.)

Le jeu libre, c’est à dire du jeu non dirigé par des adultes, devrait à mon sens être l’activité principale des enfants. Et je trouve difficile de concilier cela avec des journées remplies d’activités scolaires. Il reste bien peu de temps pour jouer quand on a casé le temps d’école, le temps de trajet et le temps de devoirs, sans compter le temps de « dépêche toi de prendre ton bain » et « va vite te coucher parce que tu te lèves tôt demain ».

J’ai envie que mes enfants continuent à aimer apprendre, toute leur vie durant.

Dans son livre, Peter Gray cite une étude dans laquelle on demande à des enfants de maternelle qui aiment dessiner de faire un dessin. Les expérimentateurs promettent à une partie des enfants une récompense pour avoir dessiné, mais rien à l’autre. Résultat : les enfants à qui on avait promis une récompense non seulement produisent des dessins moins aboutis et moins créatifs que les enfants de l’autre groupe, mais en plus, lorsque par la suite ils ont le choix de leur activité, ils évitent le dessin !

De nombreuses études confirment ce processus. Obtenir des récompenses, des bonnes notes, ou même, je soupçonne, l’approbation d’un adulte référent en échange d’un apprentissage transforme automatiquement celui-ci en « travail » et le rend moins attirant et moins intéressant. C’est tellement dommage !

Plus je lis sur la question, et moins j’ai envie que mes enfants soient soumis à des notes, évaluations, classements, punitions et récompenses qui viennent de l’extérieur. Je suis convaincue qu’un enfant a par défaut envie d’apprendre de nouvelles choses, et à mon avis, la joie qu’il ressent lorsqu’il acquiert une nouvelle compétence suffit amplement comme « récompense ». Il n’y a qu’à observer le bonheur qui rayonne d’un bébé qui vient d’apprendre à tenir debout tout seul. Aucun besoin de lui donner un 10/10, un « tb » ou de noter un point vert à côté de la compétence « tenir debout » pour le motiver à recommencer ou à s’entrainer à la compétence suivante : marcher !

J’ai envie que mes enfants soient sereins.

Mes filles sont « faciles ». Comme ses frères avant elles, elles sont de « bons éléments » en classe. Elles comprennent vite, globalement, et se comportent la plupart du temps avec respect et obéissance. Elles ne sont donc pas concernées par les punitions qui frappent certains des autres élèves plus tête en l’air ou moins dociles.

A moins que…

En fait, j’ai pu observer que voir un enfant se faire punir entraine énormément d’angoisse pour les autres enfants, mêmes si ceux-ci ne sont pas concernés par ladite punition. Celle-ci devient une menace, et se comporter « comme il faut » devient un impératif angoissant.

C’est comme ça que je me suis retrouvée plein de fois à sécher des larmes à 21h parce qu’un de mes enfants vient de se souvenir qu’il a oublié tel ou tel cahier et qu’il a peur de se faire punir. Ou à expliquer à une autre que ce n’est pas grave si jamais elle oublie les mots de la dictée d’ici demain mais que ok, si elle veut je peux la réveiller plus tôt pour qu’elle les révise une ènième fois avant de partir à l’école… en CE1 !!! Toutes les études (tout comme le bon sens, non ?) montrent que le stress va à l’encontre de la créativité, de la mémoire et des apprentissages. Comment cette anxiété pourrait-elle être une bonne chose ?

Accessoirement, il y a longtemps qu’on ne pratique plus la punition (ni la fessée) à la maison. Je ne souhaite plus soumettre mes enfants à ce genre de pratique à l’école.

J’ai envie qu’elles puissent apprendre aussi avec leur corps.

La première leçon qu’on apprend à l’école ? Reste assise et ne bouge pas.

Certes, il y a bien quelques minutes de récré ici ou là et une heure ou deux dans la semaine pour le sport, mais la majorité du temps que mes filles passent à l’école est passée assise, et toujours dans la même position.

Pourtant quand j’observe mes filles le mercredi, elles ne sont jamais assises bien longtemps. Et quand elles sont assises, c’est en tailleur, puis à genoux, puis jambes tendues, puis par terre, puis sur la table, puis dehors dans l’herbe… Leurs positions de repos sont hyper variées, et entrecoupées de moments où elles courent, grimpent aux arbres ou s’allongent à terre.

Leur corps est libre et elles sont libres de l’utiliser pleinement.

Pourquoi c’est important ? Parce qu’un enfant apprend aussi par le corps. Dans notre société, le savoir intellectuel, purement « cérébral » est valorisé par dessus tout, ce qui fait que lorsqu’on imagine un enfant « apprendre », on le visualise assis avec un livre, un cahier et un crayon dans les mains. On a plus de mal à imaginer qu’un enfant fait de la physique lorsqu’il grimpe aux arbres, de la SVT lorsqu’il se balade en forêt ou encore de la géométrie lorsqu’il construit une niche pour son chien. Et pourtant…

J’ai envie de privilégier notre relation.

J’ai envie de passer plus de temps avec mes filles. Et pas seulement plus de temps, mais plus de temps de qualité. J’en ai assez de leur créer une vie faite de « dépèche-toi » et de « on va être en retard ».  J’en ai marre de devoir me faire le bras armé d’une méthode éducative en laquelle je ne crois pas. J’en ai assez de les forcer à aller à l’école alors qu’elles n’aiment pas ça, de leur rappeler de faire leurs devoirs alors qu’on pense (qu’on sait !) toutes que c’est inutile, de signer des bulletins de notes que je trouve néfastes à leur bon développement.

J’ai envie de partager leurs joies, leurs frustrations, leur découvertes. J’ai envie d’apprendre et de m’émerveiller avec elles.

J’ai envie d’apprendre d’elles, aussi. Elles ont tant de choses à m’apprendre, ou plutôt, de choses à me ré-apprendre, des choses que j’ai oubliées depuis longtemps, comme profiter de l’instant, plonger pleinement dans une activité, laisser aller sa créativité sans limites…

Et j’ai envie d’avoir le temps de faire tout ça tout en les laissant libre de passer le plus clair de leur temps à jouer.

J’en ai envie, tout simplement.

Cela fait 10 ans que j’ai envie de déscolariser mes enfants. Dix ans que je réfléchis sur l’école, que je lis des livres sur le sujet. Dix ans que j’observe mes enfants rentrer à l’école avec joie et enthousiasme en septembre de leur première année de maternelle… et immanquablement, trainer les pieds pour y retourner dès le mois d’octobre. Dix ans qu’on tergiverse sur la question avec mon mari.

Côté éducatif, je me sens confiante. Je sais que c’est le bon choix pour mes enfants et ma famille. Mais c’est un choix hors norme, qui se heurte à l’une des plus grosses institutions de notre société, et qui va à l’encontre de nombreuses de nos croyances (y compris les miennes, on en reparlera). Pour moi en particulier, qui aime plaire à tout le monde, assumer ce choix s’annonce plutôt difficile. Une partie de moi a envie de continuer dans ce qui est facile et confortable. Après tout, mes enfants se portent plutôt bien jusqu’ici, ils ont de bonnes notes, ne peut-on pas juste en rester là ?

Mais, peut-être est-ce parce que mon aîné a eu 18 ans et qu’il est parti faire ces études cet été (ce genre de changement a tendance à bien remettre les points sur i), cette année je ressens l’urgence qu’il y a ne plus attendre. La vie, c’est maintenant. Ce n’est pas dans 10 ans quand elles quitteront aussi la maison que je pourrais faire ce choix avec mes filles.

Il y aura bien assez de temps pour choisir un chemin facile et confortable plus tard.

Rejoindre la conversation

7 commentaires

  1. Mon aînée est rentrée en petite section en septembre. Ave beaucoup de joie. Elle avait hâte, car elle avait été bien préparée à ca à la crèche. Elle s’est sentie devenir grande. Et puis elle a retrouvé ses copains de la crèche justement.
    Des les premiers jours, j’avais le cœur serré quand la maîtresse (adorable et pourtant assez bienveillante) l’a rappelé à l’ordre quand j’allais la chercher le soir (« reste assise et attend que je t’appelle ») brisant à chaque fois ses élans de joie spontanés.
    Comme toi, je m’inquiète de son avenir : la savoir assise à l’intérieur, quand elle serait mieux à jouer dehors ; les notes, la compétition, la comparaison, les punitions…
    J’ai été une (très) bonne élève, docile, et pourtant aujourd’hui je m’interroge sur ce que j’ai appris (qu’ai-je retenu une fois les examens passés ?!).
    À la première réunion, la maîtresse nous a dit que notre fille avait compris ce qu’était l’école et qu’elle était déjà une « élevé » … je pense que c’était la pire chose à entendre pour moi. J’aurais aimé qu’elle me dise que ma petite ne tient pas en place, se rebelle, … ça m’aurait donné un argument pour la déscolariser. Si au moins elle pleurait le matin, mais non elle est ravie d’y aller.
    Mon mari ne me suit pas du tout dans cette démarche, ni ma famille, ni mes amis. Tout le monde entend mes arguments mais voit l’école comme un mal nécessaire, un passage obligé ou une chance que d’autres n’ont pas …
    Ce sujet m’intéresse énormément et j’ai hâte d’en savoir plus sur votre organisation !
    As-tu lu le livre de Eve Herman ?

  2. Non, pas encore lu le livre mais je lis son blog avec assiduité 🙂
    Je comprends ta frustration. De mon côté, j’ai mis plusieurs années à convaincre mon mari et d’autres encore à attendre le bon moment. C’était frustrant par moment. Bon courage à toi ! <3

  3. Bonsoir Anne,
    je découvre ton (tes) blogs et j’y retrouve beaucoup de mes interrogations et de mes états d’âmes. La vie est bien faite, car il y a à peine une heure je me disais que ce serait finalement bien d’inscrire ma fille à l’école, puisque je ne trouve pas de meilleure solution. Effectivement, en accord avec mon conjoint nous avons décidé de ne pas mettre notre fille de 3 ans à l’école, pour toutes les raisons que tu cites et d’autres encore, plus personnelles. Néanmoins, je me pose régulièrement la question de savoir si j’ai fait le bon choix, non pas parce que d’un coup je doute, mais parce que par moments je suis fatiguée du quotidien. Après avoir changé de région, j’ai démissionné et suis devenue maman au foyer (j’ai aussi un fils de 1 an tout juste) qui gère tout parce que papa est souvent en déplacement. Ce rôle me plaît mais il me pèse aussi par moments, d’autant plus que j’ai peu dormi ces 12 derniers mois. Bref, tout ça pour dire que je suis heureuse de te lire et de constater que de plus en plus de personnes que je lis ou que je croise se posent la question et passent à l’acte. Que nous sommes pas seuls et que d’autres tout comme nous souhaitent un monde meilleur, plus sain et plus humain pour nos enfants. Alors merci du fond du coeur car tu viens de balayer mon envie d’inscrire ma fille à la maternelle en janvier 🙂 Je dois surtout bien m’organiser je crois. Je te souhaite de beaux moments avec tes filles dans cette merveilleuse aventure

  4. Ravie d’avoir pu t’aider ! 🙂
    A la lecture de ton message, je me suis souvenue de la fatigue intense des premières années de mes enfants. C’est épuisant d’élever des petits, et quasi seule en plus, c’est hyper dur !! Donc c’est normal d’avoir envie de passer le relais de temps en temps, je pense. Ce n’est juste pas obligé d’être à l’école qu’on passe le relais. Que ce soit des journées « off » quand le papa est dispo pour les garder, ou un babysitter quelques heures par semaine, ou un échange de garde avec une autre famille, ou de l’aide de la famille élargie.. il y a d’autres solutions que l’école pour répondre à ton besoin de repos. Je te souhaite de trouver celle qui te conviendra le mieux.
    Et promis, quand ils grandissent, ça devient un million de fois plus reposant (du moins physiquement lol) ! 🙂 Bon courage à toi !!

  5. comme tu le sais, je suis déjà convaincue par l’instruction en famille. 😉
    Ma fille est encore bien petite, et pour l’instant nous sommes loin de la période où elle est très autonome… Ou peut-être pas si loin que ça finalement, car c’est arrivé d’un coup : la voilà qui commence à avoir des périodes de jeu sans nous solliciter, bien plus nombreuses et longues qu’avant, où nous devions toujours être présents et participer. Je pense que c’est plus facile quand il y a des frères et sœurs plus grands, on observe ce qu’ils font, on les imite…

    Puisque tu évoques le sujet dans cette liste, il y a quelques temps, justement, je lisais sur ton blog un article dans lequel tu parlais d’apprendre à ne plus travailler en restant statique. Et ça m’a sauté au nez comme une évidence supplémentaire en faveur de l’IEF : ainsi, toute l’enfance, on s’efforce de garder les enfants « bien sagement assis sur leur chaise » pour des heures. Puis, adultes, ils doivent aller à la salle de sport pour compenser leur immobilisme de la journée. Il serait tellement plus simple de ne pas désapprendre à bouger !

    Dans les choses qui font qu’on souhaite faire l’instruction en famille, il y a toutes les violences de l’école, celles qui sont intériorisées petit à petit. Toutes ces choses qu’on a fait en sorte de ne surtout pas leur apprendre, qui sont sapées par la répétition, qui deviennent normales.
    Ne pas s’entraider (ne pas copier !). Se moquer. Les choses pour les filles/pour les garçons/pour les grands/pour les bébés… Puis il y a tant de choses violentes dans les cours de récréation (parfois vraiment très graves et qui touchent carrément au pénal !), qui sont bien souvent balayées par les adultes responsables parce que « ce ne sont que des enfants ». Et c’est justement, enfants, qu’ils apprennent les bases de leur vie future.
    Alors bien sûr, ils ne pourront pas toujours vivre dans une bulle. Mais, déjà, les y jeter si jeunes, directement 5 jours par semaine, plus de 8h par jour, alors qu’ils sont encore si malléables… C’est énorme !!! Dans cette idée, on ne les colle pas non plus devant le journal télévisé à 2 ans sous prétexte que « c’est la vie ».

    (J’ai encore beaucoup à dire mais y’a une petite fille qui me réclame ! 😉 )

  6. Oui c’est sûr que depuis que moi-même j’essaie de bouger davantage, obliger mes filles à rester assises toute la journée à l’école me posaient problème !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.