La neige chasse la sécheresse

Le printemps ne trace pas un chemin rectiligne vers le beau temps mais au contraire fait des zigs et des zags à travers la météo, un jour chaud et sec et ensoleillé, le lendemain enneigé et glacial.

Cet épisode neigeux était le bienvenu, pour le coup, car nous avons eu un printemps très sec. Mes voisins agriculteurs étaient soulagés de voir arriver un peu d’eau pour faire pousser l’herbe dans leurs pâturages et irriguer leurs champs de blé.

Les anciens disent qu’une sécheresse pareille dès le printemps, c’est du jamais vu… pire encore que l’année dernière, et que celle d’avant. Est-ce vraiment à ce point pire qu’avant ? Est-ce qu’ils oublient, tout simplement, comme on le fait quand nos enfants grandissent et que les détails de leurs nuits hachées et de leurs bêtises sont floutés par le temps ? Ou est-ce que ce sont vraiment les prémisses des horreurs climatiques annoncés par les scientifiques ?

En fonction de mon humeur du jour, j’oscille entre les différentes conclusions. En attendant, c’est toujours aussi beau. Alors avant de me laisser aller à mes angoisses climatiques (ou de balayer ces angoisses sous le tapis le temps d’une journée), j’essaie de profiter de l’ici et maintenant, et du paysage.