Update : remise en état des pâturages – printemps 2021

Ce printemps est l’occasion pour moi de constater à quel point on a avancé dans la restauration de nos pâturages.

Autour de la maison, l’herbe est revenue, bien plus épaisse que l’année passée et malgré l’absence quasi totale de pluie ce printemps. La prairie s’étend de plus en plus et quand je vois des photos de l’avant, j’ai du mal à reconnaître !

Il y a 4 ans qu’on est arrivés ici, ce champ de ronces (photo ci-dessus) arrivait à seulement quelques mètres de la maison.

Aujourd’hui, presque toutes les ronces sont parties (photo ci-dessus), mangées par les chèvres, pour la plupart (et transformées en fromages !). Chaque année, l’herbe repousse plus épaisse et on a une vue bien plus dégagée.

Dans les sous-bois plus reculés, où l’herbe était inexistante, celle-ci s’installe maintenant timidement entre les souches, les feuilles mortes et les débris de ronces.

Alors qu’il me fallait plusieurs heures avec ma débroussailleuse pour me frayer un chemin à travers les énormes massifs de ronces et poser quelques clôtures mobiles pour les chèvres, aujourd’hui il me faut seulement quelques minutes.

Là où les arbres font encore beaucoup d’ombre (photo ci-dessus), les chèvres se régalent des quelques ronces qui restent et des feuilles d’arbres qui commencent à sortir, en attendant que je sorte ma tronçonneuse pour éclaircir et donner davantage de lumière à l’herbe.

Leurs crottes et les restes du foin que je donne en complément viendront nourrir le sol et la prairie s’en portera d’autant mieux l’année prochaine.

Bref, ça avance, ça se voit, et je m’en réjouis !