Sélectionner une page

Nouveauté vidéo aujourd’hui : premier épisode de la battle des potagers !

Voici le texte intégral de la vidéo :

Hello hello ! Bienvenue dans le premier épisode de cette battle des potagers. Après l’échec cuisant du potager de l’année dernière, j’ai décidé que cette année, il fallait beaucoup semer et beaucoup planter, à plusieurs endroits et de plusieurs manières, histoire de mettre toutes les chances de mon côté. Cette saison, j’ai donc non pas un, non pas deux, mais TROIS potagers différents. Lequel va fonctionner le mieux ? C’est ce qu’on va voir dans cette série !

On commence avec le potager numéro 1 : le « Potager du bas ».

Ici à l’entrée on a une planche de culture que j’ai fait avec un peu de terre et de la paille directement sur de l’herbe. J’y ai mis un plant de physalis, du persil, des rangées de carottes et de betteraves, et un potimarron. Ce n’est pas la planche qui fonctionne le mieux, même si ça pousse quand même un peu.

Là où ça marche le mieux dans ce potager, et tu vas voir, c’est partout pareil, c’est là où j’ai mis du fumier recouvert de terreau ou de terre.

Dans cette planche-ci, j’ai planté des tomates très tôt, avant même la date des dernières gelées. Je m’étais dit que je pouvais essayer quelques-unes, on ne sait jamais. Elles se portent super bien, malgré le froid qu’on a eu ce printemps.

A côté des tomates, on a de la coriandre, qui commence déjà à fleurir, malheureusement, même si je l’ai ratiboisée pour essayer de la ralentir. Ensuite on a un potiron qui a l’air en pleine forme. J’ai semé en dessous une ligne de betteraves. Je ne suis pas sûre que ça va fonctionner, j’ai peur qu’elles soient un peu étouffées par le potiron et tout le reste, mais en tout cas, pour le moment, tous mes graines ont germé.

Entre les deux derniers plants de tomate, j’ai planté des blettes qui se portent bien, elles aussi. D’ailleurs je viens d’en récolter aujourd’hui, c’est pour ça qu’elles paraissent un peu dégarnies. Je vais aller faire une quiche avec tout à l’heure.

J’ai enfoncé des gros piquets dans la terre pour tuteurer les tomates. J’y ai attaché de la ficelle, une extrémité en haut du piquet et l’autre en bas de la plante, et je vais faire monter les tomates sur la ficelle au fur et à mesure.

En face, on a une autre planche de culture faite de la même façon, sauf que je ne l’ai pas paillée sur le dessus pour pouvoir faire des semis plus facilement.

En bout, j’ai planté un autre physalis. L’été dernier, j’avais goûté un fruit de physalis c’est un ami et j’avais trouvé ça juste hyper bon. On verra si j’arrive à en produire ici.

A côté, j’ai semé une rangée de carottes, une autre de betterave, et au milieu, des courgettes, que j’ai semées directement en place aussi. Les carottes ont bien pris, les betteraves un peu moins, il y a pas mal de trous dans la rangée. J’ai essayé de repiquer les plants de betteraves que j’ai arrachés quand j’ai éclairci mon semis mais ça n’a pas fonctionné.

Ensuite, ici, on a une planche de culture qui existait déjà l’année dernière. C’est ici que j’ai jeté la litière des poules tout l’hiver pour essayer d’amender le sol.

Tout début mai, j’y ai planté des choux. J’ai l’impression qu’ils vont bien, j’avoue j’ai jamais fait pousser de choux de ma vie, mais j’ai l’impression qu’ils ont une bonne tête. Il y a aussi quelques petites laitues au milieu, et j’ai aussi semé des graines de tournesol.

A côté, j’avais semé des radis au mois d’avril et on les a déjà tous mangés. A la place, je viens de semer des fleurs, des cosmos. J’ai juste laissé quelques radis pour qu’ils montent à graine. Normalement, ça me fera des graines pour l’année prochaine.

Ici, on a une autre planche faite de fumier posé direct sur l’herbe puis paillé. Là on ne voit pas grand chose parce que je viens de pailler avec de la tonte fraiche, donc c’est vert sur vert. Mais ici on a des petits plants de melon que j’ai fait pousser dans des godets et que j’ai repiqués ce matin, et à côté, il y a un cornichon.

Et ensuite, on a des tomates, du persil et des potimarrons que j’avais plantés fin mai, et d’autres plants de tomates que j’ai repiqués ce matin. Là, à nouveau, j’ai enfoncé des piquets au milieu de la planche pour qu’on puisse ensuite attacher les tomates. J’ai planté des tomates des deux côtés, et je prévois d’utiliser chaque piquet pour 2 plants de tomate à chaque fois. On ne voit pas bien parce que c’est vert sur vert, mais là on a un petit plant de tomate, et là encore, un autre petit plant de tomate. Ici ce sont des variétés très précoces venues de Russie qui sont censées grandir et fructifier très rapidement, on verra si elles arrivent à rattraper ou même à doubler celles que j’ai planté dans le potager du poulailler, qui sont des variétés plus classiques.

Juste à côté, on a une planche de culture dédiée aux hélianthis. L’année dernière, j’avais planté 5 rhizomes et j’avais récolté énormément d’hélianthi. J’en ai replanté une bonne partie ici dans cette planche de culture et ils sont tous bien sortis, ça devrait me faire un paquet de rhizomes à récolter et à manger cette année. J’avoue que cette planche de culture est ma préférée, en ce moment. Elle fait bien plaisir à voir, surtout que comme les hélianthis, c’est grand et en hauteur, ça me donne l’impression que enfin, ça y est, y a quelque chose qui marche ! D’ici quelques mois, ça devrait faire des jolies fleurs jaunes un peu comme les tournesols, ça va être sympa.

Maintenant on va se diriger au fond. Sur cette planche de culture, l’année dernière, rien de ce que j’avais planté n’avait fonctionné. Du coup, cet hiver, j’ai aéré la terre à la fourche-bêche, enlevé tous les cailloux et paillé avec de la paille en espérant que ça permette d’améliorer la terre mais c’est pas folichon folichon.

J’ai planté des oignons. Ils sont bien sortis, mais ils n’ont pas l’air très gros non plus. Et puis là j’ai un rang de poireaux. En fait, ici j’ai mis tout ce qui n’aime pas le sol fraichement fumé. J’ai planté quelques tomates, ici, mais elles ont l’air d’avoir trop trop du mal à pousser, elles font un peu pitié comparées aux autres.

Et c’est ici que j’ai planté des artichauts, ce qui était une erreur parce que j’ai lu depuis que les artichauts aiment les sols bien amendés. J’en ai planté trois, un ici, un là et encore un ici. Normalement ça devient très gros mais là ils ont vraiment du mal à pousser. A l’automne je leur mettrai du fumier, ou alors j’en replanterai ailleurs, je sais pas, parce que là c’est pas terrible terrible.

En face, on a la planche de culture qui a fonctionné le mieux l’année dernière. On avait récolté quelques tomates dessus, les rares que les poules n’avaient pas mangées, et aussi quelques patates. D’ailleurs j’ai visiblement oublié quelques patates au moment de la récolte, parce que j’en vois qui sont montées ici.

Cette année, j’ai replanté des petits pois, l’année dernière, ça avait bien marché, mais cette année c’est pas terrible. Il y a eu des fleurs et il y a des gousses, donc on dirait ça pourrait arriver, mais bon, on est déjà mi-juin et on a pas encore mangé un seul petit pois…

Derrière les pois, j’ai planté des topinambours, qui sont des plantes plus ou moins vivaces, c’est à dire qu’on peut les laisser au même endroit tout le temps. C’est ce que je compte faire. Et entre les deux, il me reste de la place pour planter autre chose, ce que je vais faire très bientôt.

Et derrière tout au fond de ce potager, là-bas, on a les planches de fraises. Alors, encore une fois, on est mi-juin, et on a pas encore mangé une seule fraise, MAIS, on a plein de promesses de fraises, donc c’est déjà pas mal. Celles-ci, je l’ai ai paillées avec de la tonte très tôt dans la saison et je pense que ça leur a vraiment fait du bien parce qu’il y a plein de fleurs et de fruits qui s’annoncent.

Ici aussi, il y a des patates que j’avais oubliées, et que je vais arracher avant qu’elles se mettent à faire des tubercules vu que je ne pourrai pas les récolter là au milieu sans déranger les fraisiers.

Sur la deuxième planche, on a eu moins de fleurs, mais il y a déjà certains fruits qui sont presque mûrs. Je pense que c’est dû en partie à la variété parce que ce ne sont pas les mêmes variétés partout. Mais il a probablement pas que ça, parce que certains pieds sont vraiment tous petits.

A côté, on a une sorte de jungle de framboises sauvages qui essaient de coloniser un peu partout. Je retrouve régulièrement des pieds de framboisiers au milieu des fraisiers.

Voilà donc ça c’est le potager numéro 1, le « potager du bas ». A terme, c’est le potager qui est destiné à accueillir uniquement des plantes vivaces. C’est assez loin de la maison et l’idée c’est qu’il soit facile à entretenir.

Passons au potager numéro 2, le « potager du poulailler ». On est derrière la maison. On a le poulailler derrière, et devant, mon nouveau potager. Il est tout nouveau. Avant, tout ça était inclus dans l’enclos des poules, mais comme c’est là qu’on a jeté nos déchets de cuisine toute l’année, les poules avaient tout désherbé et aussi amendé la terre avec leurs fientes.

J’ai installé une clôture autour, c’est le seul des potagers qui est clos, d’ailleurs. Pour faire la porte, j’ai juste posé une palette fait des sortes de gonds avec de la ficelle. Ça marche très bien. On a aussi un petit grillage qui paie pas de mine mais qui fait le job : il résiste aux orages et il fait en sorte que ma chienne ne puisse pas entrer ici.

Ici j’ai fait différemment parce que je n’avais pas beaucoup de place et je n’avais pas envie de gaspiller de l’espace. Donc j’ai fait des rangées hyper serrées et comme j’ai beaucoup semé, j’ai encore assez peu paillé. Ça ressemble un peu plus à un potager traditionnel.

Ici j’ai planté plein plein de tomates. Certaines m’ont été offertes par un voisin qui a une serre, d’autres j’ai fait pousser moi-même dans mon garage avec des lampes, et d’autres encore que j’ai achetées à une pépiniériste. Ces tomates ont été plantées début juin, donc c’est normal qu’elles soient plus petites que celles du potager du bas, mais je pense qu’elles ont quand même souffert du temps froid qu’on a eu depuis début juin.

L’idée, c’est de les palisser le long du grillage par la suite. Entre chaque plant de tomate, j’ai semé ou planté des herbes aromatiques comme du basilic. Ici on voit du basilic rouge qui commence à sortir.

J’ai semé une rangée de radis qui sera prête très bientôt, et une rangée de petites laitues que je vais pouvoir repiquer ensuite ailleurs.

Ce qui est marrant, c’est que comme ici c’était notre compost, et qu’on mange pas mal de courges, il y a plein de plants de courges qui sont sortis. Des volontaires. Je ne sais pas encore trop si je dois les laisser, si ça peut donner des courges comestibles ou non, faut encore que je me renseigne. Quoi qu’il en soit je ne pourrai probablement pas tous les garder, parce qu’il y en a vraiment énormément, j’ai du mal à ne pas marcher dessus.

J’ai aussi planté des concombres, des laitues, des blettes, et puis plein de patates, qui sont en train de commencer à sortir, on les voit ici.

C’est rigolo, parce que j’ai paillé tout de suite après avoir enfoui les patates, et maintenant ça fait des petites bosses et quand on soulève on voit que c’est prêt à sortir. Là on en voit une qui est en train de sortir de sous le paillage.

Et enfin, sur le côté de ce potager, c’est là où j’ai ma petite pépinière. J’ai planté plein plein de choses, notamment encore des concombres, des tomates, je me suis dit que si certaines ne prenaient pas, je pourraient les remplacer. J’ai des pépins de pomme que j’avais semé, des boutures de romarin, de lavande, de thym, etc.

Passons maintenant au potager numéro 3, le « potager du haut ». Celui-ci est situé en hauteur par rapport à la maison. C’est ici qu’on avait demandé à l’agriculteur qui nous avait livré le fumier de le poser.

Au départ, j’avais fait des buttes avec le fumier, comme j’ai fait dans le potager du bas.

Mais une fois que j’avais pris tout le fumier qu’il me fallait pour le potager du bas, j’ai eu envie de tenter une troisième façon de faire. Je me suis mise à étaler le fumier en grandes planches, puis à le recouvrir de lignes de terreau pour pouvoir semer des graines. J’ai juste mis de la paille entre les rangées pour que je puisse marcher sans m’enfoncer dans le fumier, mais j’ai laissé tout le reste à découvert.

Ici, j’avais planté des choux, mi-mai, qui ont l’air de bien se porter, et récemment, j’ai semé des fleurs, des gaillardes, et des concombres.

Ici j’avais planté des patates début mai, et comme elles n’étaient toujours pas sorties début juin, j’ai semé aussi des carottes en me disant que c’était rapé pour les patates. Sauf que maintenant je vois les patates qui commencent enfin à sortir. Du coup je ne sais pas comment ça va se passer avec mes carottes, peut-être que ça peut cohabiter, on verra.

Là j’ai semé des haricots, on les voit d’ailleurs qui sont en train de germer, et juste à côté, des betteraves. A côté, on a aussi des patates qui sont en train de sortir, mais même chose, j’avais déjà semé des carottes et des courges.

Au milieu des deux grandes planches de culture sur fumier, on a un mûrier qu’on a planté cet hiver et qui va bien.

Et de l’autre côté, sur la grande planche, j’ai semé des courges avec des carottes, des haricots et des navets, et des haricots avec des tournesols et des melons. Et sur le reste, sous la paille, j’ai planté 5 ou 6 rangées de pommes de terre.

Alors, tu en penses quoi ? Quel potager semble le mieux parti ?
– Potager numéro 1 : le potager du bas ?
– Potager numéro 2 : le potager du poulailler ?
– Potager numéro 3 : le potager du haut ?

Rendez-vous le mois prochain pour la suite ! En attendant, vote pour le potager de ton choix et n’hésite pas à me donner tes conseils jardinage en commentaire !

Ciao !