Sélectionner une page

Dernièrement, j’ai récolté un gros panier plein de glands de chêne avec pour objectif… de les goûter !

J’ai toujours pensé, comme la plupart des Français, que les glands ne se mangent pas, et qu’ils ne sont bons qu’à donner aux cochons. Mais après avoir fréquenté des blogs américains de gens adeptes de la cueillette sauvage, j’ai appris que les glands étaient depuis toujours l’aliment de base de nombreux peuples d’Indiens d’Amérique.

Comme eux, j’ai donc récolté les glands, puis je les ai trié pour éliminer ceux qui étaient abimés, germés et qui présentaient des trous (signe qu’un petit ver a élu domicile dedans). Enfin, je les ai disposé sur des plateaux pour faire les faire sécher.

Le seul truc, c’est qu’il faut bien les préparer, car les tannins qu’ils contiennent sont effectivement toxiques à haute dose. On trouve sur internet de nombreuses vidéos expliquant comment lessiver les tannins en faisant tremper les glands moulus plusieurs jours dans de l’eau.

Une fois secs, je peux conserver les glands longtemps, donc rien ne presse pour les goûter. Je vais attendre d’avoir un peu plus de temps (est-ce que ce jour béni où « j’aurai du temps » arrivera un jour, je ne sais pas, mais on peut toujours espérer, non ?).

Cette année, je n’en ai récolté qu’un seul panier, mais vu la quantité de chênes qu’il y a dans les environs, cela pourrait être une source alimentaire importante pour nous, et largement couvrir nos besoins caloriques. Reste à savoir si c’est bon. À suivre donc !