Sélectionner une page

Cette dernière année, j’ai énormément développé mes compétences en reconnaissance d’essences d’arbre. Avant je ne savais reconnaître que les chênes, et encore, il fallait que je regarde bien, et de près. Maintenant, je sais repérer des dizaines d’essences, certaines même de loin en conduisant.

Mais je manque encore d’assurance pour les reconnaître une fois que toutes les feuilles et les fruits sont tombés, quand le seul indice qu’il reste est la couleur et la texture de l’écorce.

Alors comme je compte greffer les fruitiers sauvages en février-mars prochain, il m’a fallu trouver un autre moyen de les distinguer, histoire d’éviter de greffer un poirier sur un pommier !! Pour éviter d’utiliser de la peinture colorée en bombe (mon premier réflexe, pas très écolo), je me suis équipée de plusieurs pelotes de coton de différentes couleurs (pas du coton bio, je n’ai pas trouvé, mais teinture okeo-tex). Et j’ai fait des petits noeuds…

Bleu clair : pommier à greffer
Vert : châtaignier à greffer
Rose : prunier à greffer
Violet : poirier à greffer
Orange : merisier à greffer

C’est bon, l’hiver peut arriver !