Sélectionner une page

En octobre, on a marqué des arbres à greffer, ramassé des glands et des châtaignes, peint des vitraux en plein air, admiré les belles couleurs d’automne, planté des fruitiers et plein d’autres choses encore !

Voici le texte intégral de la vidéo :

Hello, hello !

C’est parti pour une nouvelle vidéo « Quoi de neuf à la ferme en octobre » !

Je trouve qu’octobre, c’est vraiment le plus beau mois de l’année ici et nous avons vraiment profité de l’automne dans toute sa splendeur : levers de soleil éblouissants, nuages posés délicatement sur les montagnes, lumière du matin rasante et dorée, feuilles multicolores qui illuminent les arbres et tapissent les chemins… et le trampoline ! Bref, c’était splendide et on en a bien profité !

Côté récoltes, j’ai ramassé des glands, que j’ai fait sécher au soleil sur des plateaux. Il paraît que la préparation est un peu longue, mais que ça se conserve bien une fois que c’est sec donc rien ne presse pour les goûter. Nous avons aussi bien sûr ramassé les châtaignes chez nous, qu’on a mangé grillées la plupart du temps, mais avec lesquelles j’ai aussi tenté de faire de la purée de châtaignes.

En voyant les feuilles commencer à tomber, je me suis dit qu’il serait bon de marquer les arbres que je souhaite greffer cet hiver. Certes, je reconnais de mieux en mieux les plantes, mais sans les feuilles et les fruits, je ne suis pas certaine de pouvoir distinguer les différents arbres fruitiers entre eux. Et j’aimerais éviter de greffer du poirier sur du pommier et du prunier sur du merisier !

Ma première idée était d’utiliser des bombes de peinture fluo, mais la quantité de déchets produits me rebutait pas mal, donc j’ai plutôt acheté des pelotes de coton de différentes couleurs et j’ai fait des petits noeuds avec sur les arbres. Bleu clair pour les pommiers, vert pour les châtaignier, rose pour les pruniers, etc. C’est discret, c’est biodégradable, c’est quasi zéro déchet et c’est finalement assez mignon !

J’ai également finalisé mes commandes de végétaux à planter cet automne, après 3 bons mois de réflexion et de planification ! J’avais commencé par faire une grande carte papier de la partie de mon terrain qui va devenir notre jardin-forêt, en notant l’emplacement de tous les arbres fruitiers existants. Puis j’ai fait des listes d’arbres à planter en les casant sur mon plan. Au final, c’est un plus de 80 arbres que j’ai commandé.

Pour le moment, j’en ai reçu une vingtaine, les autres arriveront petit à petit, en novembre et décembre. Et ça tombe bien, parce que c’est du boulot de les planter ! Je commence par mesurer l’emplacement (à la louche, hein, 50 cm de plus ou de moins rapportés à 2 hectares, ce n’est pas bien grave !), puis je débroussaille, j’élague les arbres alentour et je ratisse les feuilles mortes. Ensuite je creuse le trou à la pioche, je trie les cailloux, je trempe la motte pour bien désaltérer la plante, je supprime éventuellement quelques racines qui pourraient étouffer la plante par la suite. Puis je remplis le trou, en faisant attention à conserver les différentes strates de terre et à chaque fois, je crée une sorte de bassine en terre autour du petit arbre pour favoriser la rétention d’eau et lutter contre l’effet hyper drainant de mon sol et de la pente.

Le problème, c’est qu’une fois paillés, les mini arbres ne se voient plus du tout. Il va falloir trouver une solution pour qu’ils ne se fassent pas écraser par un de mes enfants (ou même par moi, parce qu’ils sont vraiment cachés !) ! A suivre, donc…

Après un mois quasi complet d’un temps chaud et ensoleillé, de peinture en plein air et de balades, l’hiver a fini par arriver d’un coup d’un seul. Une après-midi, il s’est mis à neiger. Il a neigé, neigé, puis neigé encore. Et au matin, le paysage était méconnaissable, enfoui sous 35 cm de poudreuse.

Comme les arbres avaient encore beaucoup de feuilles et qu’ils étaient en plus fragilisés par 4 mois de sécheresse, ils ont été nombreux à casser sous le poids de la neige, comme ce chêne, là, tombé en plein milieu du chemin qui mène de la maison au poulailler. Les poules étaient stoïque sous la neige, comme à leur habitude, mais les enfants, eux, étaient surexcités. Normal ! Et c’était un vrai bonheur de voir la chatonne découvrir la neige pour la première fois ! Trop mignon. On s’est tous bien amusés, et qui a besoin d’une salle de sport quand on peut pelleter de la neige pendant une heure en écoutant un podcast ?!

Notre chemin d’accès était bloqué par de nombreuses branches cassées, et j’ai bien cru que nous allions être coincés chez nous quelques jours, mais finalement, il aura fallu seulement quelques petits coups de scie bien placés et de bons pneus neige sur le 4×4 pour réussir à sortir.

Et puis de toutes façons, deux jours plus tard, la neige avait complètement fondu. C’était une parfaite répétition pour cet hiver ! Depuis, j’ai acheté une plus grande pelle, fait quelques réserves de nourriture, sorti les bonnets : le vrai hiver peut arriver, on est prêt !

Voilà les news pour ce mois-ci. Je te dis à bientôt et je reviens le mois prochain pour une nouvelle vidéo !

Ciao !