Sélectionner une page

En septembre, on a débroussaillé des chemins, déniché des pommiers, fait des conserves de compote, démarré l’année d’école à la maison, regardé les poules et le chat chahuter et plein d’autres choses encore !

Voici le texte intégral de la vidéo :

Hello, hello !

C’est parti pour une nouvelle vidéo « Quoi de neuf à la ferme en septembre » !

Ce mois-ci, on a passé beaucoup de temps à partir en randonnée… chez nous. On a exploré des parties de notre terrain qu’on avait jamais encore visité et on y a créé des chemins, soit au sécateur quand il s’agissait de quelques branchettes, soit à la débroussailleuse quand il fallait s’attaquer à d’énormes fourrés de ronces comme ceux-ci. On a découvert d’anciens chemins, qui apparaissaient parfois comme par magie derrière un buisson, de vieilles terrasses qui étaient cultivées il y a encore 50 ans, une combe remplie de troncs couchés qu’on dirait que rien n’a changé ou presque depuis l’incendie de 2003. J’ai adoré ces balades !

Et on a découvert plein plein de pommiers et de poiriers ! Des pommes rouges, des pommes jaunes, plein de poires de différentes sortes. Certains arbres croulaient sous le poids des fruits, d’autres, comme celui-ci, ne portaient qu’une seule pomme. Jolie, certes, mais unique !

On a passé pas mal de temps à débroussailler sous les fruitiers et à couper quelques uns des autres arbres qui les étouffaient. Surtout des érables, comme d’hab ! En revanche, on n’a pas touché aux poiriers et pommiers eux-mêmes. Je ne pense pas beaucoup les tailler, mais dans tous les cas, je préfère attendre cet hiver pour faire quoique ce soit, de façon à ce que ce soit le moins violent possible pour l’arbre. Et j’ai laissé la très grande majorité des rejets autour pour qu’ils puissent éventuellement me servir de porte-greffe.

Ensuite j’ai secoué les arbres et ramassé les fruits à terre.

A propos des fruits, tous sont des fruits sauvages, ce qui fait que le goût et la texture sont très aléatoires en fonction des arbres. Certains fruits étaient très bons crus et encore meilleurs cuits. D’autres… moins ! Comme cette petite pomme jaune qui était tellement acide, même cuite, qu’on l’a surnommée « pomme-citron ». Je pense qu’elle serait parfaite pour faire de la citronnade ! Sans compter ceux qui étaient juste mauvais : grumeleux, acides ET amer. Ceux-là seront les premiers que je vais tenter de greffer cet hiver !

Armée ma récolte et quelques cagettes de pommes données par un voisin, je me suis lancée dans la fabrication de conserves de compotes et de gelées. Supprimer les trognons et les parties abîmées, les donner aux poules, faire compoter les pommes avec un peu de sucre et de la cannelle, passer au moulin pour enlever les peaux, mettre dans des bocaux ad hoc, stériliser et terminer en collant des étiquettes maison à l’aide d’une colle maison. Au final, je me suis fait un bon petit stock pour les goûters et petit-déjeuners ! Mais pas sûr que ça dure si longtemps que ça : c’est bon alors forcément, ça part vite !

Côté basse-cour, les bébés ont tellement grandit qu’on ne peut plus décemment les appeler poussins. Nos poulets – poulettes ont arrêté de coller aux basques de leur mères et on les retrouve maintenant se balader parfois franchement loin, parfois au beau milieu de la forêt, parfois même sur la route qui est pourtant assez loin de leur poulailler. Et bien sûr, malgré le filet que j’ai posé devant chez nous, elles se retrouvent aussi souvent sur notre terrasse, ce qui n’est pas terrible. Je n’arrive pas à me résoudre à les parquer, alors je continue à réfléchir à d’autres solutions pour qu’elles nous laissent tranquille. Pour le moment, c’est pas gagné.

Sinon on a aussi repris l’école à la maison et les activités extra-scolaires. Le rythme est pris, mais ça a pris du temps à se mettre en place, comme chaque année. A mon grand étonnement, le fait de faire l’école à la maison ne change rien au rush de septembre, avec ses sempiternelles inscriptions, fiches à remplir, garde-robe à renouveler et compagnie !

Si ce n’était pour quelques vagues nuages et les premières feuilles rouges et orangées, on aurait pu se croire en été tout le mois de septembre. Pas une goutte de pluie. On a d’ailleurs dû aller remplir quelques fois nos réserves d’eau parce qu’elles étaient à sec. Mais d’un autre côté, on a bien profité du beau temps, pieds nus dans l’herbe, à regarder les abeilles butiner les dernières fleurs.

Voilà les news pour ce mois-ci. Je te dis à bientôt et je reviens le mois prochain avec une nouvelle vidéo !

Ciao !